Comment est la vie à Tahiti ?

289

Alors, à quoi ressemble la vie en Polynésie ? Quoi de mieux qu’un long vol seul à destination de Papeete-Paris de 24 heures pour me laisser échapper l’esprit et faire une rétrospective sur ma vie à Tahiti depuis plus de 4 ans au moment où j’écris cet article (je le termine au retour en réalité) ? J’avais déjà écrit un article très complet pour aider les personnes souhaitant partir vivre à Tahiti. La préoccupation est que ce dernier se concentre davantage sur l’aspect pratique et économique d’un changement de vie sous les tropiques. Je me rends compte avec un peu de recul que cela ne répondait pas à toutes les questions que se posent les gens. Chaque jour, je reçois des questions aussi simples que : comment se passe la vie à Tahiti ? La saison des pluies est-elle difficile ? Il fait vraiment chaud ou pas ? L’intégration avec les locaux se déroule-t-elle bien ? Puis-je me rendre dans les îles tous les mois ? Y a-t-il beaucoup de loisirs ? Combien coûte la vie sur place, etc. Bref, tant de questions simples, comment parler, quand on ne sait pas dans quoi on s’embarque. Selon l’expérience de chaque personne, nous demandons plus ou moins, souvent avec appréhension, stress ou peur. Je vais essayer de répondre à toutes les questions qui m’ont été posées par e-mail et à celles qui, selon moi, seraient utiles. Très peu de points pratiques et économiques seront abordés ici. Voici même une petite table des matières pour faciliter votre recherche si vous n’avez pas la motivation de lire l’article en entier !

A découvrir également : Quel pays Bogota ?

Trouvez votre Vol

A découvrir également : Comment trouver un voyage pas cher ?

hôtel

Guide de voyage

voiture

Agence de voyage

Table des matières

  • Première expatriation ?
  • Alors, la Polynésie, le paradis ?
  • Le climat en Polynésie
  • Magasins/Nourriture
  • Sports et loisirs
  • Les mentalités du territoire
  • Les sorties
  • La plage de Tahiti
  • Le coût de la vie
  • Et qu’en est-il de la culture en tout ? Ça ?
  • Plongée en Polynésie
  • Des animaux ?
  • Les embouteillages et où habitez-vous ?
  • Le cadre de vie et les écoles
  • La réalité du tourisme
  • L’emploi en règle générale
  • La connexion Internet
  • Groupes Facebook
  • Assauts et cambriolages
  • Moorea : en direct ou le week-end ?
  • Partir dans les îles en vacances
  • Vous retournez en France chaque année ?
  • Et si je vivais plutôt sur les îles ?
  • Vous gérez la famille à distance ?

Le titre de l’article est délibérément un peu déformé car la grande majorité des personnes qui viennent en Polynésie finiront leur route à Tahiti. C’est là que se situe la majeure partie de l’activité économique du territoire… Je voulais également préciser que c’est là ma vision des choses. En matière d’expatriation et de sentiments, chacun aura son point de vue sur de nombreux sujets. Ce ne sont donc pas des vérités en soi, mais dans l’ensemble, je ne pense pas être trop loin de la réalité des choses. Je connais bien le territoire car j’ai également eu l’occasion de voyager un peu dans le cadre de mon travail. C’est la troisième fois que je m’installe dans les départements et territoires français d’outre-mer, après avoir passé près de 4 ans à la fin sur l’île de Mayotte (en 2 fois), 7 mois en Nouvelle-Calédonie et maintenant en Polynésie française. Je pense donc ici à un article complémentaire qui devrait ravir les futurs expatriés qui songent à franchir le pas. Allez, je vais un peu lâcher, tu dois m’excuser, hein ?

Enregistrez cet article sur Pinterest pour y revenir plus tard ! jtndc cuymhn0ewxljtnejtiydgv4dc1hbglnbiuzqsuymgnlbnrciuzqiuymiuzrsuzq2elmjbkyxrhlxbpbi1k par Uzrcuymmj1dhrvbkjvb2ttyxjrjtiyjtiwzgf0ys0ysy 1 Waw 4 TBG Fuzyuzrzj cuymmzyjtiyj Tiwahjlziuzrcuymmh0dhbzjtnbjtjgzniugzniugludgvyzxn0lmnvbsuyrnbpbiuyrmnyzwf0zsuyrm1dhrvbiuyriuymiuymiuzrsuzqyuyr MELM0ULM0MLMKZHJTNFJTNDC2NYAXB0JTIWYXN5BMMLMJBKZWZLCIUYMHNYYUZRCUYMIUYR MFZC2V0CY5WAW50ZXJLC3

Plan de l'article

Quy29tjGanMLMKZWAW5PDC5QCYUYMIUZRSUZQYRNNJCMLWDCUZRSUZC ZQYUYRNALM0U=Première expatriation ?

Ayant quitté l’île de Mayotte et ses spécificités locales que vous connaissez peut-être, l’arrivée à Fenua ne m’a pas beaucoup surpris. Si vous n’êtes jamais sorti de Paris, il est possible que la façon « choc » de parler est là.

Pour ceux qui viennent en Polynésie par leurs propres moyens, les vols les moins chers au départ de France sont ici !

Je commence par le début simplement par une introduction. Venir vivre en Polynésie sera fondamentalement différent, que ce soit la première fois que vous quittez la France ou non. J’avais déjà vécu dans d’autres territoires d’outre-mer avant de venir ici, donc pour moi, la surprise n’était pas vraiment là lorsque j’ai déménagé à l’autre bout du Pacifique. Je savais déjà plus ou moins à quoi m’attendre et ce que signifie vivre sur les îles. Et c’est finalement ce dont nous allons parler dans cet article. En quoi est-ce différent ? Comment vivez-vous ? Qu’est-ce qui va changer par rapport à tes habitudes françaises ? Alors, la Polynésie est-elle un paradis ?

En fait, je dois admettre que le titre est un peu provocateur mais je reçois beaucoup de messages de personnes qui semblent vivre sur un petit nuage ! Je ne peux pas les blâmer en soi et il est certain qu’en général, la télévision montre que le « bon côté de la Polynésie » est le « bon côté de la Polynésie ». Que les choses soient claires dès le départ, ce que nous vous montrons à la télévision, c’est la vision du territoire que vous allez avoir en vacances, pas celle de votre vie quotidienne si vous venez vivre en Polynésie !

Je reçois de nombreux e-mails de personnes me disant qu’elles tentent de fuir la France pour éviter la société de consommation, les embouteillages, la cuisine, qu’elles recherchent le calme, une vie douce, etc. C’est une très bonne chose, mais je préviens souvent bien les gens avant de leur dire qu’ils vont également trouver une grande partie de tout cela ici. Certes, la vie est beaucoup plus douce, plus calme, plus relaxante et, si vous en avez les moyens, vous pouvez souvent vous rendre sur les îles de Polynésie dans un cadre paradisiaque. Mais ce n’est pas vraiment représentatif de la Polynésie, telle que je la connais de toute façon.

Tout le monde ne vit pas comme un roi en Polynésie, loin de là, et vous vous en rendrez compte en vous rendant dans les îles ou les vallées de Tahiti, que de nombreuses personnes vivent très modestement, même dans des conditions de vie très précaires. Comme je le dis souvent, la Polynésie n’est pas le paradis sur terre, mais on peut s’en approcher.

Il me semble très important d’avertir souvent les gens par e-mail de ce genre d’euphorie selon laquelle les gens quittent tout pour venir « vivre au paradis ». Sur place, ils réalisent également les inconvénients du territoire, ceux que tout expatrié vivant ici depuis plusieurs années connaît très bien : vie chère, distance avec la famille, embouteillages, société de consommation, etc. tant de points que j’essaie de développer dans cet article. Ne vous méprenez pas, je ne me plains pas du tout, j’aime la vie que je mène ici, mais vous ne devriez pas venir ici avec des œillères non plus !

Le climat en Polynésie

Je reçois beaucoup de questions de la part des gens sur la saison des pluies, les cyclones et la chaleur. Étrangement, je n’ai jamais trouvé que cela pouvait être un facteur déterminant pour l’expatriation, tout en sachant qu’il faut un bon 28° par an, tellement bon… mais cela semble inquiéter beaucoup de monde. Alors, quelle est la réalité ? La Polynésie est relativement épargnée (par sa situation dans le Pacifique) par le passage de grands cyclones. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas. Ceux qui ont subi le passage du cyclone Oli (2010) ou Veena (1983) s’en souviennent encore. Il est donc tout à fait possible de rencontrer un grand cyclone sur le territoire, mais son occurrence est bien inférieure à celle des Antilles ou à la Réunion par exemple. Depuis que je suis là, rien d’important à déclarer. La saison des pluies est présente chaque année, de novembre à avril (période cyclonique). Je le trouve encore plus marqué à la fin du mois de décembre et aux mois de janvier/février qui sont encore plus pluvieux. En général, cela ne cause pas trop d’inquiétude, car c’est aussi la période la plus chaude, il faut donc imaginer un climat chaud et très humide pendant cette période. Concrètement ? Vous transpirez dès que vous marchez 100 mètres. C’est également pendant cette période qu’il y a des inondations. Sachez qu’il peut pleuvoir 10 jours de suite, voire plus, ça arrive… Ensuite, le climat change, change et rien n’est gravé dans le marbre. Cette année, en 2019, par exemple, nous avons eu des mois de mai et juin vraiment pas géniaux, alors que normalement il fait très beau !

Du côté de la chaleur, tout dépend si vous avez déjà vécu sous les tropiques. Venant de Mayotte, j’ai trouvé l’île de Tahiti presque fraîche. Si vous venez du nord de la France, vous allez probablement le trouver chaud et lourd pendant les premiers jours. Tout est question de sentiments et d’habitudes. Vous vous habituez à cela très rapidement…

Magasins/Nourriture

Pour les quelques personnes qui semblaient préoccupées par le sujet, rien à craindre de ce côté-ci. Vous avez 4 carrefours sur l’île, des super U et de nombreux petits « magasins » où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin. La question n’est pas de savoir si vous allez trouver (dans l’ensemble), mais à quel prix ! Nous y reviendrons mais le coût de la vie est élevé à Tahiti et malgré tout ce à quoi vous pouvez penser, très peu d’expatriés vivent de bananes et de poissons toute l’année. La plupart conservent plus ou moins leurs habitudes françaises en s’adaptant aux produits locaux (en raison du prix). La majorité de ces cas est mon cas. Après tout, cela dépend évidemment de votre situation, que vous veniez seul ou en binôme, que vous soyez un fonctionnaire indexé ou non, etc. L’un des avantages de la Polynésie (comme dans de nombreuses îles tropicales où je suis allée) est la possibilité d’acheter des fruits et légumes sur le bord des routes ou sur les petits marchés autour de la île. C’est quand même plus amusant de payer de l’argent aux locaux qu’à Carrefour de toute façon… Personnellement, une chose qui m’agace un peu, c’est le prix des produits locaux, par rapport à ce que j’avais l’habitude de payer. Je pense que pour une île pleine de bananes, de fruits à pain ou de mangues, ce n’est pas si bon que ça…

Un autre point à noter est la dérive de la malbouffe sur le territoire. Je ne suis pas là pour rendre justice ou quoi que ce soit, mais vous allez vous rendre compte du nombre de snacks et autres petits bouiboui vendant des sandwichs (« snacks » ici) et autres. L’impact au cours des dernières décennies est clairement une très forte augmentation des taux d’obésité et de diabète de la population. Il suffit de voir les Mac Donalds se remplir à tout moment de la journée.

Lorsque vous vivez ici, les loisirs ne sont clairement plus tournés « mer »

Sports et loisirs

C’est un point qui est souvent abordé par courrier électronique. Que faites-vous pour vos loisirs sur un galet au milieu ? d’un environnement paisible ? Ne t’ennuyez-vous pas trop par la force, etc. ? Je ne suis pas forcément la bonne personne pour en parler car je n’ai pas forcément à proprement parler, de loisir ici à part tenir ce blog et pratiquer un peu de photographie, mais je peux quand même vous dire quelques mots… Vivant sur une île, les gens seront beaucoup plus susceptibles de se tourner vers la mer. Je pense notamment à la plage, à la natation, à la plongée sous-marine, à la plongée avec tuba, au paddle, au vaa’a (canoë local). C’est quand même agréable de pouvoir pratiquer ces sports toute l’année car il fait plus ou moins chaud ici de toute façon.

Côté terre, on pourrait penser que la randonnée se développerait sur une île comme Tahiti, mais très peu en réalité. La politique du pays a toujours été d’accroître le tourisme de luxe à Bora Bora. Il existe très peu de sentiers de randonnée balisés et très souvent, il est conseillé de prendre un guide pour se promener. Personnellement, payer pour avoir à marcher, je trouve que c’est un peu moyen. Néanmoins, il y a par exemple le très bon site de Wikilocs où chacun peut y mettre ses traces GPS de sentiers de randonnée. Nous commençons à en voir beaucoup à Tahiti, à Moorea et dans certaines îles. Quand je me promène pour le travail, j’essaie aussi de mettre mes traces sur mes rails.

Hormis les loisirs en pleine nature (mer/montagne), vous pratiquez plus ou moins tous les sports classiques du club : tennis, rugby, football, etc.

Les mentalités dans le territoire

Voici un point délicat à aborder personnellement. Chacun aura sa vision des choses en fonction de son expérience, de sa situation familiale et financière. Il m’est difficile de faire des généralités ici de toute façon. L’une des choses qui m’a vraiment frappé dès mon arrivée, et encore plus lorsque j’habite ici, c’est l’influence omniprésente des États-Unis sur le territoire. Au programme : Mac do, gros 4×4 qui polluent, vêtements à l’américaine, magasin de gros etc. Il suffit de dire que la culture polynésienne que nous sommes waiting to discover n’est plus trop présent sur Tahiti. Si vous faites l’effort de sortir des zones urbaines et d’aller au fond des vallées ou de la péninsule, vous aurez toujours un peu de cette culture… C’est mon sentiment général depuis près de 4 ans que je vis ici. Vivre à Tahiti, ou du moins dans la zone urbaine de l’île, est presque identique à vivre en France, avec un ensoleillement et 28° par an. Les jeunes ne parlent plus le tahitien et la culture locale se perd peu à peu. Tout le monde le dit, c’est une réalité. Vous m’entendrez aussi souvent dire dans des articles que la « vraie Polynésie », celle que j’imaginais avant de venir ici, n’est plus vraiment à Tahiti. Je dirais même que plus on s’écarte de Tahiti, plus on se retrouve dans des îles qui ont encore le charme d’antan, les mêmes qui existaient encore dans les années 60 à Tahiti, celle qui a fait le charme de l’île. Les choses ont évolué très rapidement, en seulement 50 ans. S’il y avait du travail dans Les Marquises ou les Gambiers pour moi, je partirais sans aucun doute pour vivre sur place, une vie meilleure, plus paisible, plus authentique que le quotidien que l’on peut avoir à Tahiti. Sinon, les mentalités en règle générale sont plutôt cool ici et l’intégration à première vue se fait très bien si vous n’arrivez pas avec un mentalité de « pays conquis »… Les Tahitiens sont vraiment très souriants, sympathiques et toujours prêts à vous aider. C’est vraiment appréciable et loin de là que l’on puisse le savoir en France. J’avoue que pour ensuite s’intégrer pleinement dans une famille tahitienne, c’est encore plus délicat…

Si je devais comparer avec Mayotte où j’ai vécu auparavant, je dirais que les deux îles ne sont pas comparables de toute façon. La Polynésie est beaucoup plus « bobo » que Mayotte à mes yeux. En conséquence, cela influence pas mal les rencontres qui peuvent être faites sur l’île et les relations avec les gens. Certains ont de l’argent et le montrent clairement…

Quand je pense à

sortir, je veux simplement dire bars, clubs, restaurants dans la plupart des cas. Je dois avouer que je ne suis plus un grand fan des bars et des clubs. L’arrivée de mon petit Tahitien n’a pas aidé les choses, mais je préfère clairement passer du temps avec des amis tranquillement maintenant. Autant dire que je pense que nous ne venons pas en Polynésie pour faire la fête et ce n’est sûrement pas l’endroit idéal pour cela. Cependant, vous trouverez toujours de nombreux endroits sympas où aller boire quelques bières entre amis ou en couple. Nous y allons de temps en temps et il y a moyen de s’amuser dans de magnifiques décors.

Côté nourriture, il y en aura pour tous les goûts et tous les budgets. Je me rends pas mal aux trailers, une institution locale du territoire qui me rappelle les « brochettes » à Mayotte. C’est une coutume que j’aime beaucoup en Polynésie, de pouvoir m’asseoir autour d’une table en plastique n’importe où dans les îles, manger local, sans se ruiner et passer un bon moment.

Les amateurs de beaux restaurants y trouveront leur bonheur tout en laissant clairement une belle note salée souvent à la fin d’un repas, ce qui à mon goût (encore une fois) n’est que très rarement justifié. Comme dans de nombreuses régions de Polynésie (le tourisme, nous y revenons plus bas), nous payons sans avoir une qualité à la hauteur…

La plage de Tahiti

Pour ceux qui ont essayé de taper « plage de Polynésie » sur Google, on vous propose très souvent de magnifiques plages de sable blanc bordées de cocotiers. Vous pouvez aussi vous arrêter tout de suite, ces plages ne sont pas à Tahiti ! L’amalgame est souvent fabriqué entre Tahiti et la Polynésie. Tahiti est une île volcanique comme toutes les autres îles polynésiennes. Presque toutes les plages de l’île sont de sable noir, parfois tout aussi beau. Il y a quelques belles plages de sable blanc, sur la côte ouest, au PK 18 (la plage des « popas/expatriés de l’île ») et d’autres. Dans l’ensemble, je voulais juste faire cette petite parenthèse. Les belles plages de cartes postales que vous pensez ne se trouvent pas sur l’île et vous devrez au moins prendre un bateau pour Moorea pour trouver un bel air de paradis (dans le sens où beaucoup le comprennent). Pour ceux qui veulent se rendre sur les belles plages de magazines, il faudra réchauffer la carte de crédit très rapidement pour un week-end dans les îles !

Personnellement, je me consacre tout autant à me prélasser le week-end à Venus Point, qui est plutôt fréquenté par les locaux. Une belle plage de sable noir, idéale pour un coucher de soleil avec vue sur Moorea.

Le coût de la vie L’

article dont je parle dans l’introduction couvre déjà les grandes lignes à connaître pour expatrier ici sur le territoire. J’y explique les principales dépenses classiques : logement, dépenses, achat de voiture, etc. Pour donner un point de vue plus personnel de ce que je pense de ce point en particulier, je dirais que cela dépend évidemment de votre situation ici. Les expatriés détachés de France n’auront pas à se soucier de l’argent sur le territoire, indexé. Pour ceux qui vont venir travailler dans le secteur privé, les choses peuvent parfois être plus compliquées, même si les salaires sont plus élevés qu’en France.

À mon avis, la différence de salaire que vous pouvez avoir justifie largement le coût de la vie là-bas. J’avais déjà fait le calcul moi-même en comparant les dépenses moyennes en France et en Polynésie, par rapport aux salaires locaux et dans mon cas, j’ai été gagnante.

Donc oui, même si j’ai vécu en Nouvelle-Calédonie ou à Mayotte, et connaissant d’autres départements d’outre-mer, le territoire reste très cher. Pour ceux qui se posent la question, le coût de la vie est beaucoup plus élevé qu’à l’île de la Réunion ou aux Antilles. Peu de choses sont abordables ici en Polynésie et la situation géographique et l’importation systématique de tout n’aident à rien.

Je reçois parfois des demandes de personnes qui veulent venir vivre d’amour et d’eau douce à Tahiti. Il n’existe pas (ou plus). Compte tenu du coût des choses sur place, il vaut mieux s’assurer ton dos.

Et qu’en est-il de la culture dans tout ça ?

Je parle de culture dans le sens général du terme, et non dans le sens de la culture polynésienne. On me demande souvent s’il y a des choses de ce côté-ci et si nous ne nous sentons pas perdus sur ce point. Il est certain que si vous arrivez de Paris et que vous sortiez 3 fois par semaine dans des concerts, des musées, du cinéma et autres, vous serez peut-être un peu déçu, mais en même temps, je tiens à dire, est-ce que nous venons en Polynésie pour y chercher un peu de culture ? Je ne sais pas… Je rassure souvent les gens en leur expliquant qu’il existe encore quelques petites salles de cinéma qui diffusent tous les films (tard…). Vous avez également des concerts et des spectacles de temps à autre au cours de l’année. Quelques pièces ici et là aussi. En règle générale, les expositions sont plus rares, mais nous en voyons certaines.

Les amateurs de culture devront passer d’un après-midi muséal à un après-midi de plage dans l’eau à 28°… et ce n’est peut-être pas si mal non plus, n’est-ce pas ?

Plonger en Polynésie ?

J’ai eu l’occasion de plonger pendant près de 4 ans sur l’île de Mayotte et un peu en Afrique et je dois dire que c’est de loin mes plus belles plongées. Cependant, la Polynésie est très connue dans ce domaine. Qu’est-ce que c’est en réalité, me demande-t-on souvent ? J’ai fait une douzaine de plongées à Tahiti, et disons-le, ça ne casse pas les briques de toute façon… Cela dépendra de l’endroit d’où vous avez plongé avant de venir ici, mais en règle générale, d’après ce que j’ai pu voir, il n’y a pas grand-chose sous l’eau. À noter initialement, la très faible diversité des coraux et leur état en règle générale. J’avais parlé à un instructeur de plongée à mon arrivée qui m’a expliqué que la situation géographique (loin de tout essentiellement) ne permettait pas un développement de la diversité corallienne. Je n’ai pas creusé le truc, mais ce qui est sûr, le niveau de corail est très décevant à Tahiti et même parmi les quelques plongées que j’ai pu faire à Rangiroa.

Sans oublier qu’à Tahiti, la pratique générale reste « nourrissant » et que même si elle est en théorie interdite maintenant, elle semble toujours pratiquée. J’ai fait quelques plongées à Tahiti autour d’un tonneau de fer rempli de tête de thon pendant 40 minutes, croyez-moi, c’est décevant. Donc oui, évidemment, ça attire les gros, mais bon, ce n’est pas ma vision du « monde sous-marin ».

Les célèbres sites de plongée du territoire restent principalement Fakarava et Rangiroa. Je n’ai fait que de la plongée en apnée à Rangiroa jusqu’à présent. L’avantage de ces plongées (qui peuvent être un peu sportives de toute façon, il faut le dire), c’est que vous allez en voir de grandes. Ne cherchez pas de beaux coraux, nudibranches et crabes de porcelaine, vous êtes souvent lâché en plein passage, dans le courant et vous pouvez observer le balai de raies manta, aigle/léopard, requins de toutes sortes, dauphins, etc.

J’espère que pour ceux qui aiment les gros, vous pourrez faire la plongée de votre vie en croisant presque tous les gros du monde sous-marin à la même heure… plutôt cool, non ?

Les animaux en Polynésie

C’est quelque chose qui semble également inquiéter un peu les gens lors d’un voyage ou même d’une expatriation. De quoi s’agit-il vraiment ? Je rassure tout le monde, nous sommes loin de la forêt amazonienne avec des anaconda, des alligators, des piranhas, et des guépars, eh 😉 Il y a des moustiques ici, c’est une réalité, dans certains coins plus que d’autres selon l’île, mais en règle générale, rien de très mauvais. Si vous avez déjà vécu dans la zone tropicale, vous en savez déjà plus ou moins. À part cela, à ma connaissance, il n’y a pas de danger réel chez les araignées/serpents, ce genre de choses. Il ne reste plus que dans l’eau. Beaucoup me parlent de poissons de pierre, et c’est vrai qu’il y en a. Quand je suis allé à Bora Bora il n’y a pas si longtemps, un enfant de 7 ans était mort à cause d’une piqûre sur une plage, donc oui, cela peut arriver.

Si ce n’est pas sous l’eau, aucun problème réel malgré la présence de requins évidente sur toutes les îles. Nous sommes en plein milieu du Pacifique en même temps. Le seuls les accidents signalés ici concernent des pêcheurs qui laissent le fruit de leur pêche accrocher à la hanche ou des personnes qui rincent le poisson au bord de l’eau… Mais sinon, à ma connaissance, il n’y a jamais eu d’attaque de requin, comme nous l’avons vu sur l’île de la Réunion.

Les embouteillages et où habitez-vous ?

C’est également une réalité du territoire. Ceux qui croyaient qu’il n’y avait pas d’embouteillages seront déçus. Je parle principalement de Tahiti car sur toutes les autres îles, vous n’aurez pas à vous inquiéter à ce sujet pour dire la vérité. À Tahiti en revanche, cela peut rapidement se compliquer selon l’endroit où vous allez vivre. En résumé, il n’y a qu’une seule route qui fait le tour de l’île et tout le monde l’emprunte le matin pour venir travailler dans la zone urbaine, par exemple entre Mahina (côte est) et Punaauia (côte ouest). Disons que ce sont les deux domaines où commencent les embouteillages. Je conseille souvent lorsque vous arrivez à prenons par exemple un Airbnb dans le centre-ville pour étudier la question. Si vous savez déjà à l’avance où vous allez vivre, vous pouvez déjà ajuster vos recherches en conséquence. Pour vous donner une idée, j’habite aujourd’hui à Pamatai, la première sortie de la route principale vers la côte ouest, à quelques kilomètres du centre-ville. Je dois dire à 30 minutes de la maison au travail. Si vous êtes dans la même direction que tout le monde le matin (sur le chemin du retour à Papeete), vous pouvez facilement compter 1 heure de bouchon ou plus le matin, selon l’heure à laquelle vous partez. Le retour sera plus ou moins identique.

C’est donc à vous de choisir de rester. Disons que vivre dans le centre-ville, c’est bien parce que vous faites tout à pied, vous êtes plus proche des magasins, des commerces, des administrations, et vous prenez moins la voiture. Mais vous avez souvent du bruit en retour et vous êtes en ville, dans un cadre « moins beau ». Si vous souhaitez un meilleur cadre, vous devrez souvent partir au moins quelques kilomètres. À partir de ce moment, vous pouvez trouvez de beaux lotissements sur les hauteurs au frais, par exemple, mais les embouteillages seront votre quotidien.

Le cadre de vie

Malheureusement, vous vous rendrez vite compte que cela a clairement un coût et que peu de personnes peuvent quitter Tahiti très souvent. Si vous êtes détaché en couple par exemple depuis la France, vous pourrez évidemment l’envisager avec des salaires indexés, mais c’est loin d’être le cas pour tout le monde.

Pour résumer mon opinion sur la question et sur les tropiques en général, je dis souvent « la Polynésie est loin d’être un paradis, mais nous ne sommes pas si mauvais là-bas ». Tout le monde verra midi ici, mais dans l’ensemble, le cadre de vie est vraiment agréable. L’atmosphère est bonne, tout comme le climat et vous passez vos week-ends avec l’impression d’être en vacances. C’est plutôt bon. L’idéal alors, si votre sac le permet, est de sortir les week-ends prolongés, par exemple à Moorea ou sur les autres îles polynésiennes. Les écoles en Polynésie

pratique, les heures varient légèrement selon l’école, mais de manière générale, les enfants commencent à 7 h 00 et se terminent entre 15 h 00 et 15 h 30. Vous pouvez ensuite, par exemple, faire aller les enfants dans certaines garderies (moyennant des frais supplémentaires) ou les laisser à la garderie directement à l’école (pas tous d’attention et moyennant des frais supplémentaires). En général, les enfants ne suivent pas de cours le mercredi et le vendredi après-midi. Ils terminent souvent à 11 h 30 pendant ces deux jours. Comme en France, vous avez la possibilité de les faire manger à l’école (cantine) ou non. À savoir, il existe également des « journées éducatives » locales. Ne me demandez pas exactement ce que c’est (haha) mais il peut y avoir 5/7 dans l’année (vendredi). Vous devrez donc prendre des dispositions pour ceux qui travaillent, le petit va à la garderie, la famille pour ceux qui en ont ou qui prennent une journée de congé.

Beaucoup de personnes qui envisagent de venir s’installer à Tahiti me posent des questions sur les écoles. Je n’en avais pas parlé au départ dans cet article, donc je fais un petit ajout (juin 2020). En ce qui concerne le niveau scolaire, je dirais que c’est comme partout, tout dépend des écoles/collèges/lycées. Certains ont plus ou moins une bonne réputation. Je ne pourrais pas vraiment vous conseiller sur les collèges et lycées, n’ayant que deux petits, l’un en maternelle au moment où j’écris ces quelques lignes et l’autre qui vient de naître (haha). Malheureusement, vous devrez essayer de tester les écoles. Privé ou public, c’est vraiment une question de goût. Mon « gros » est dans le secteur privé car je n’ai pas eu la possibilité de l’enregistrer en public lorsque je voulais l’enregistrer dans STP (section des plus petits). En La réalité du tourisme

Voici un paragraphe plus personnel en ce qui concerne le tourisme sur le territoire. Comme mentionné ci-dessus, vous pourriez penser que la Polynésie est très touristique car elle est connue pour ses beaux hôtels avec bungalows sur pilotis, mais le la réalité n’est pas là. Avec seulement 200 000 touristes par an et une forte proportion de touristes de croisière, ce n’est pas de la folie. Venir en Polynésie coûte cher et même si vous avez la possibilité de vous y rendre en limitant les dépenses sur un certain nombre de points (voir l’article sur comment voyager pas cher en Polynésie), cela reste un coût élevé, surtout pour une famille française par exemple. Beaucoup viennent en croisière ou en voyage de noces je crois (même si je n’ai pas les chiffres exacts).

Comme pour beaucoup de choses sur le territoire, voyager en Polynésie coûte extrêmement cher. Le monopole actuel de la compagnie aérienne locale Air Tahiti n’aide à rien et par rapport au kilomètre parcouru, les billets d’avion sont hors de prix. C’est un cercle compliqué parce qu’à mon avis, il n’y aurait pas assez de tourisme pour ouvrir une deuxième entreprise locale. Et tant que plus de personnes ne viendront pas ici, les possibilités de voyager avec une autre entreprise sont presque impossibles, vous voyez la chose.Un autre point est le manque de tourisme développement concernant les excursions en bateau. Beaucoup me le demandent par e-mail ou commentaire. Autant dire, je pense que 95 % des touristes prennent l’avion, car :

  1. Ils n’ont souvent pas le temps de prendre le bateau (plus longtemps)
  2. Il y a si peu de bateaux entre les îles et les archipels qu’il est difficile de voyager avec eux.

Au moment où j’écris ces quelques lignes, j’essaie de me rendre personnellement aux îles Leward en cargo. Le coût est ridicule et il suffit de passer une nuit dans le bateau pour s’y rendre. Je pense que c’est quelque chose à faire. Si j’avais plus de temps libre, j’envisagerais d’aller aux Tuamotu du centre et de l’est pour découvrir tous ces atolls perdus. Mais cela prend du temps (plus que de l’argent).

Enfin, une opinion qui ne fait que m’engager, le rapport qualité-prix du tourisme en Polynésie est généralement assez moyen je trouve dans l’ensemble. Lorsque vous voyez le prix que vous payez pour certaines prestations de retraite ou hôtels de luxe, par rapport à la « qualité », il y a toujours lieu de rester sceptique. Le le coût global de la vie sur le territoire est nécessairement lié, mais il est difficile lorsque vous arrivez ici de voir que vous payez le prix d’un bungalow pour deux 80-100 €/nuit alors que la même chose (ou souvent mieux) vaut 5$ en Asie du Sud-Est. Certes, ce n’est pas comparable à un territoire, mais c’est quelque chose qui m’a un peu choqué à mon arrivée. Vous devez être conscient de cela.

Polynésie est certainement très belle, je l’avoue, mais je me mets dans la peau d’une famille qui aimerait venir ici en vacances pour 2 ou 3 semaines. Le budget est très important lorsqu’il peut voir plus ou moins la même chose en termes de paysages/eaux turquoises/cocotiers pour beaucoup moins aux Philippines, à Madagascar ou en Indonésie. C’est une question de goût, nous allons dire !

La L’emploi en règle générale

Pour tous les futurs expatriés sur le territoire, c’est finalement l’un des aspects qui comptent le plus. Compte tenu du nombre de contacts que j’ai chaque jour, il existe plusieurs types de personnes :

  • Ceux qui n’ont pas de travail et qui veulent quand même tenter leur chance (avec plus ou moins d’économies en poche),
  • Ceux qui viennent avec au moins un emploi pour deux (souvent le cas des fonctionnaires détachés),
  • Ceux qui arrivent en couple avec déjà 2 emplois, luxe,
  • Ceux qui souhaitent venir ici avec l’intention de créer leur propre entreprise.

Je ne vais pas m’attarder là-dessus car j’en parle déjà un peu dans l’article pour aller vivre à Tahiti, mais je me répète un peu. Venir vivre ici coûte cher et ne pensez pas à venir avec 2 000€ en poche quand vous voyez sur place, vous n’allez pas rester 1 mois et vous serez dans le premier avion pour la France. À mon avis, l’idéal est de venir soit avec un travail, un projet ou des économies.

Ceux qui arrivent avec au moins un emploi et un salaire décent auront l’esprit plus tranquille que ceux qui sont venus avec des « si ». Je ne dis pas que tu ne devrais pas venir en Polynésie, si vous n’avez pas de travail, mais je vous conseille vivement de vous renseigner et de planifier votre arrivée sur place, ce qui va très vite sécher vos économies. Au contraire, je serais du genre à pousser quiconque envisage de changer de vie et de vivre ses rêves.

Venir ici sans travail comporte un risque, mais en même temps, comme je le dis souvent, si vous ne prenez jamais de risque dans votre vie, il ne vous arrivera probablement pas grand-chose non plus. Alors commencez oui, mais de manière réfléchie au minimum. Pour ceux qui me contactent pour des projets de vie, c’est aussi une très bonne idée, tant que vous avez bien pensé. Il y a beaucoup à faire ici sur le territoire et il y a de la place pour presque tout le monde, je pense. Il est très facile de créer une petite entreprise ici et vous n’êtes pas assassiné par les accusations comme vous pouvez l’être en France. Il est donc temps de commencer, peu importe le domaine que je veux dire.

Mon frère vit en Martinique, dans un contexte insulaire plus ou moins similaire (il tient que c’est drôle que ça rime…), et il a récemment créé son club de paysagistes. Si comme lui, vous êtes sérieux, attentifs et que vous faites les choses bien, cela ne peut que fonctionner…

Quelques mots pour ceux qui auront la chance de venir en Polynésie en étant détachés de la France, seuls ou en couple, profitez de ces quelques années pour découvrir la Polynésie. En règle générale, vous disposez de plus de ressources que ceux qui viennent travailler dans le secteur privé, de sorte que vous aurez souvent la possibilité de « voir plus ». N’hésitez pas à vous perdre dans des îles et des archipels reculés, ceux des Marquises ou de Gambier par exemple.

Pour les sites liés à la recherche d’emploi localement, vous pouvez consulter le site Web de Whizzin (ou sa page Facebook), classifieds.pf, Big-CE (emplois et petites annonces). Il existe également le site web SEFI (centre d’emploi local), sur lequel vous pouvez consulter les offres sur le territoire, cela donne une idée. Je précise que vous ne pouvez pas postuler via le site depuis la France, car vous avez besoin d’un numéro de DN (sécurité locale) et que vous n’avez ce nom distinctif qu’une fois que vous avez un travail (soit pour votre propre compte, soit dans le secteur privé/public par exemple). Il existe également des boîtes temporaires, dont la plus connue est Pro Interim.

Pour les Suisses et les Belges (et les autres Européens), si vous souhaitez travailler en Polynésie française, vous aurez besoin d’un permis. Si je comprends bien, vous aurez besoin d’un permis de travail ou d’une carte de commerçant étranger. Cela dépendra simplement du type de travail que vous allez effectuer. Plus de détails sur ces points sur le site web de la SEFI.

Connexion Internet

Pour la 3G/4G, vous l’aurez globalement sur toute l’île de Tahiti et sur la majorité des îles Leward. Dès qu’on s’en va, par contre, il faut admettre que ce sera trop compliqué. Au moment de la rédaction de cet article en 2019, c’était encore très compliqué aux Tuamotu, aux Australes et aux Marquises.

J’ai déjà eu quelques personnes qui me posent la question de la connexion Internet en Polynésie. Je dois admettre qu’à mon arrivée sur le territoire, la fibre n’était pas encore présente. Mais depuis 2017 environ, la majeure partie de l’île de Tahiti est couverte, ainsi que les îles voisines (Raiatea, Bora, etc.). Peu à peu, la fibre arrive même dans les archipels reculés des Marquises et des Tuamotu, mais il faudra quand même s’armer de patience. Si vous vivez à Tahiti, général, la connexion sera toujours très bonne, peut-être un peu plus bas lorsque vous êtes au fond de certaines vallées ou sur la péninsule. Groupes Facebook

Pour ceux qui préparent un voyage et qui souhaitent venir discuter avec nous en direct et prendre des conseils en plus des articles du blog, je vous invite à nous rejoindre sur notre groupe Facebook « Voyage en Polynésie ».

C’est quelque chose que vous devrez admettre ici lorsque vous viendrez vivre ici. Beaucoup de choses sont faites par le biais de Facebook qui fonctionne très bien pour le territoire. Vous recherchez une voiture ? Vous voulez connaître les horaires d’un concert donné ? Vous cherchez des sushis pour le vendredi soir ? Il y a de fortes chances que vous trouviez l’information sur Facebook. Vous vous rendrez compte qu’il existe de nombreux comptes et pages Facebook sur un certain nombre de sujets. Je l’utilise souvent pour la recherche d’appartements, pour vendre ou acheter, informations sur les accidents de la route, les ouvertures de magasins, les commandes de plats à emporter. En bref, préparez-vous à créer un compte Facebook et lancez-vous ! Les agressions et les cambriolages

Ceux qui existent depuis longtemps disent que cela s’est vraiment détérioré et je veux y croire, mais c’est quand même vraiment cool. Je pense qu’en proportion vous êtes beaucoup plus susceptible d’être agressé/cambriolé à Paris ou à Marseille, par exemple.

Je reçois des questions à ce sujet de temps en temps. Encore une fois, tout dépend de votre expérience, je pense. Je venais de l’île de Mayotte avant de venir ici, donc ma vision de la Polynésie est peut-être un peu déformée, mais dans l’ensemble, c’est un peu une île de Bisounours que je trouve. Oui, il y a certainement des cambriolages et des agressions de temps à autre, mais c’est encore relativement rare et isolé, souvent dans des lotissements ailleurs. Moorea : vivre ou partir le week-end

C’est aussi une question et un thème qui revient très souvent par e-mail. Moorea se trouve à seulement 17 km en face de l’île de Tahiti. Ce dernier est relié par bateau, pour environ 45 minutes de trajet. Il y a deux cas qui vont se présenter ici.

  • Ceux qui vont travailler à Tahiti mais qui envisagent de vivre à Moorea et de faire le trajet : c’est une possibilité que certains choisissent, savent. Les avantages que je vois à mon avis sont essentiellement le fait que vous avez un bien meilleur cadre de vie, dans une île paisible et paradisiaque. C’est un peu comme la campagne de Tahiti. La contrepartie est que vous devrez faire près de 2 heures par jour en bateau, sans compter le temps qu’il vous faudra pour vous rendre au ferry. Près de 3 heures de transport par jour de toute façon. Le point noir, également, est que les navettes s’arrêtent assez tôt dans la soirée (environ 17h), vous ne pouvez donc pas aller passer une soirée au cinéma/restaurant de Papeete puis retourner à Moorea. Cela complique toujours les choses.
  • Cas plus rare, ceux qui vont travailler directement sur Moorea. Si vous êtes dans ce cas, je ne pense pas que la question se pose vraiment. Si je travaillais sur Moorea, j’y vivrais, c’est évident pour moi. Le cadre est meilleur, pas de bouchons, la vie est plus détende/fraîche. Bref, c’est encore mieux.

Peu de précision comme le dit Marie en commentaire. Depuis 2019, le bateau Aremiti 6 relie Tahiti à Moorea en 25 minutes, ce qui vous fait gagner 30 minutes à chaque trajet, je dirais globalement. Il n’en reste pas moins que si vous comptez le temps de trajet « Maison Moorea » -> « Moorea Dock » (beaucoup vivent 15/20 min), le temps entre le quai de Tahiti et votre travail, tout aller-retour, je dirais que vous êtes là pour 2 heures de transport par jour, soit presque. Bien sûr, si vous vivez au PK18 à Punaauia ou à Mahinarama, vous ferez également 2 heures de liège par jour… C’est donc une question de goût ! Mais la plupart d’entre nous n’auront pas autant de chance et nous nous contenterons d’aller à Moorea plusieurs fois par an lors d’un week-end ou d’un week-end de prolongation. Elle est déjà très bonne et très exotique en tant qu’île par rapport à Tahiti. Cela n’empêche pas, oui toujours une question d’argent, que selon votre façon de passer le week-end, la facture augmente très rapidement, entre les billets piéton voiture, 1 ou 2 nuits à bord, 1 ou 2 restaurants, ça passe très vite, et clairement vous n’allez pas pouvoir le faire tous les week-ends. Tout en sachant qu’il existe encore un moyen de le faire de manière économique, en ne prenant que des billets pour piétons, en prenant le bus à l’arrivée pour être déposé à votre camping, en passant 2 nuits sous tente dans un super cadre, en mangeant au snack-bar local ou en préparant votre repas à la pension. Bref, c’est prévu, je viens d’acheter une tente !

Aller dans les îles en vacances

1 — Le coût d’une sortie pour se rendre dans les îles Vous avez beaucoup à me demander à ce sujet : quelles mesures pouvez-vous aller dans les îles ? Combien de mois ? Ce genre de choses. La majorité des personnes qui vont venir en Polynésie viendront vivre sur l’île de Tahiti et croyez-moi si je vous dis que vous allez avoir envie d’aller découvrir d’autres îles. Plusieurs difficultés :  : même si, en tant que résident, vous avez la possibilité de voyager moins cher avec par exemple des foires touristiques ou en utilisant « rester sur les îles », un week-end dans les îles est généralement cher, du moins de la manière dont la majorité des gens le font, c’est-à-dire prendre un vol aller-retour vers une île, quelques nuits en planche, quelques restaurants ou snacks et quelques activités (paddle, plongée, etc.). Par exemple, un mini séjour de 2 nuits/3 jours à Huahine (île la plus proche de Tahiti) coûtera 250€ par personne, soit 500€ en couple avec deux sans enfants. À ce prix, vous êtes en demi-pension mais vous n’avez pas de voiture de location, pas de déjeuner et aucune activité. Avec un enfant et en ajoutant les frais accessoires, les 3 jours retournez chez vous rapidement à 1000€ ou plus…

2 — Le manque de congés : c’est un point critique pour moi et pour toutes les personnes qui vont venir travailler dans l’administration. Vous allez être limité avec vos 5 semaines de congé par an. Sans parler du fait que l’argent et le temps que vous passez dans les îles polynésiennes, vous ne le dépensez pas pour des destinations dont vous avez rêvé : Nouvelle-Zélande, île de Pâques, Nouvelle-Calédonie, Chili, etc., ce qui m’amène au point suivant. Il existe quelques exceptions à cette règle, car selon vos postes dans l’administration (haut-commissariat par exemple), vous pouvez accumuler jusqu’à 8 semaines de vacances…

3 — L’envie de découvrir ailleurs

Je sais que c’est souvent ce qui me préoccupe. Mon cœur se balance entre l’envie de découvrir les îles et les atolls de Polynésie autour de Tahiti, mais je suis coincé avec mes 5 semaines de vacances et le coût associé. J’ai vraiment envie de découvrir les pays qui l’entourent et malheureusement, il faut faire des choix, il est impossible de tout faire. Soit nous sommes à court de temps, d’argent, soit les deux…

Vous retournez en France chaque année ?

Il s’agit d’un point critique associé au paragraphe précédent. Pour vous montrer un peu la complexité des choses, voici l’idée. Vous êtes expatrié au milieu du Pacifique, le billet pour venir/quitter la France coûte cher (même s’ils sont bien descendus) et vous n’avez probablement que 5 semaines de congé. À cela s’ajoute l’envie de découvrir les îles d’ici, les pays environnantes, la famille à voir en France, vous avez mon puzzle permanent… J’ai également créé une newsletter spéciale « billet d’avion pas cher » dans laquelle je peux vous envoyer quotidiennement de bonnes affaires de vols bon marché au départ de la Polynésie pour rentrer en France. C’est un point crucial pour tout expatrié et vous allez clairement faire des choix ou des concessions si vous êtes dans une relation en particulier. Rentrez chez vous ou non ? Combien de temps ? Oui, mais ensuite je Vous n’avez pas de temps libre pour mes vacances en Nouvelle-Zélande ? Ou est-ce que je n’aurai plus assez d’argent ? Mais serais-je aussi allée voir mes parents ? etc.

Bref, il n’existe pas de réponses toutes faites à cette question. Tout dépendra d’un mélange de votre salaire/de votre volonté de retourner en France, de découvrir la Polynésie ou de votre situation extérieure/familiale.

Et si je vivais plutôt sur les îles ?

Même si je dis que c’est une grande majorité de personnes qui viendront s’installer sur l’île de Tahiti, certains d’entre vous (et vous avez probablement raison) auront de la chance ou feront le choix d’aller vivre ailleurs, sur l’une des autres îles du territoire. En matière d’authenticité, vous ne pouvez qu’avoir mieux que Tahiti, c’est certain. Quelques choses à savoir quand même :

  • Vivre dans les îles, c’est avoir un meilleur cadre de vie qu’à Tahiti, pour la plupart, selon moi. Il n’y a pas de bouchon, pas de pollution, moins de personnes, plus de réunions, mieux contacts avec les Polynésiens, etc.
  • Vous devez également penser à l’isolement. Tout dépend de l’endroit où vous allez me le dire, mais vivre aux Marquises, même si j’en rêve franchement, peut être compliqué à certains égards. Vous êtes toujours isolé de Tahiti, à plus de 4 heures d’avion. Il n’y a qu’un seul hôpital et pas toujours avec un médecin. S’il vous arrive quelque chose de grave, vous êtes renvoyé directement à Tahiti. À cela s’ajoute le coût du retour à Tahiti pour prendre un autre vol vers l’international par exemple. Pour en revenir trois de Tahiti à Paris, ça ne vaut déjà pas le coup, depuis les Marquises, il faut ajouter 1500€ de plus à chaque fois…
  • Personnellement, je pense que si vous voulez en savoir plus sur la culture et que vous recherchez un contact plus réel avec les Polynésiens, aller vivre sur une île est un excellent choix. J’ai pu mettre le pied sur tous les archipels et plus je m’éloignais de Tahiti, plus j’ai trouvé de l’authenticité. La vraie Polynésie, telle que j’aime bien.

Donc c’est bon et pas si bon. L’essentiel est d’être conscient des choses. Alors, conquis ?

Gérer la famille à distance

Le dernier point pour l’instant de ce très long article, la famille. Lorsque vous vous déplacez littéralement à l’autre bout du monde, c’est quelque chose que vous devrez prendre en compte et gérer si vous le voulez ou non. Parmi les choses à savoir :

  • Le manque de famille pour certains,
  • Les reproches et les malentendus sur le fait que vous vous êtes éloignés d’eux,
  • Le fait que certaines personnes ne comprennent pas souvent pourquoi vous ne voulez pas faire 2/3 heures de train de plus après un voyage en avion de 24 heures, 12 heures de décalage horaire et 4000€ dépensés pour venir en France,
  • Le fait qu’à votre retour à la maison, vous allez devoir vivre chez vos parents souvent à la maison et vous adapter à leur mode de vie, qui est forcément très différent du vôtre,
  • Gérer le décès de vos proches ou de vos amis, c’est va être beaucoup plus difficile à 20 000 km,
  • L’aspect financier de retourner voir la famille ou pour qu’ils puissent venir vous voir à l’autre bout du monde,

Quoi qu’il en soit, comme tu peux le voir, plein de petites choses à considérer, hein ? Vous recherchez la meilleure comparaison des fournisseurs de location de voitures ?

Pour l’instant, j’arrive à la fin d’un résumé des questions qui m’ont souvent été posées. N’hésitez pas si vous tommez sur l’article et que vous avez eu le courage de le lire (en 12 fois), pour me donner un signe sur des sujets que vous aimeriez que j’aborde précisémentSi vous venez vivre en Polynésie, vous devrez trouver une voiture de location à Tahiti. J’utilise ce site pour comparer et trouver les meilleurs prix ! . Des choses que j’ai oubliées ou qui méritent d’être détaillées. Il y en a, c’est sûr. J’insiste, mais n’hésitez pas à commenter l’article pour me dire ce que vous en pensez. C’est important et c’est toujours agréable d’avoir des commentaires, que vous habitiez ici ou que vous soyez sur le point de franchir le pas !

En attendant, je vous souhaite une très bonne préparation pour votre future expatriation, si c’est le cas. Quand est-ce que tu es arrivée ?

Comme toujours, si l’article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux. Merci 😎

Bientôt,

Sylvain