Comment flotte Venise ?

33

Vous pouvez vous abonner au podcast « Choses à Savoir Voyage » pour un nouvel épisode :

A lire aussi : Comment organiser et réussir son séjour à Chamonix-Mont-Blanc ?

S’abonner

S’abonner

A lire aussi : Choisir l'île de Ré pour ses prochaines vacances

S’abonner

S’abonner

Abonnez-vous

Abonnez-vous

. Que serait Venise sans ses canaux, ses gondoles et ses maisons qui semblent flotter sur l’eau ? Mais comment avons-nous réussi à maintenir ces bâtiments dans ces conditions ? Pour y parvenir, les Vénitiens ont eu recours à des techniques de construction originales.

Maisons sur pilotis

Malgré les apparences, les maisons de Venise ne sont pas installées directement sur l’eau. La ville a été construite sur les nombreux îlots boueux d’un lagon, séparés de la mer par un cordon côtier appelé Lido.

Les constructions les plus légères reposent sur le sol. Ce n’est pas le cas pour les bâtiments plus grands, tels que les palais. Pour les intégrer dans ce sol boueux, les habitants ont planté de grands pieux de bois, de 4 mètres de long et 20 cm de diamètre, dans la partie la plus solide de le sol, appelé « carento ».

Sur ces pieux, disposés très étroitement, les constructeurs ont installé une sorte de plancher en bois, qui reçoit le bâtiment lui-même.

Certaines maisons se sont effondrées ou ont tendance à s’incliner. Mais, dans l’ensemble, ces enjeux ont donné aux bâtiments une base remarquable. L’une des raisons de cette efficacité est la très bonne conservation des pieux, préservés par la gangue de boue qui les entoure. De plus, ces pieux aident à stabiliser le sol.

L’art d’éclairer les maisons

Si les bâtiments de Venise ne sont pas en train de couler, c’est pour d’autres raisons. Prenons l’exemple des célèbres palais de la ville. Construites, pour beaucoup d’entre elles, au XVIIe siècle, elles sont impressionnantes. Et le marbre qui les compose en partie devrait alourdir la structure.

L’astuce consistait à multiplier les ouvertures, afin d’alléger le poids de ces constructions. De même, l’utilisation systématique de briques, posées sur une couche de pierre provenant du région, empêche les maisons de couler.

Ces pierres d’Istrie, qui résistent à l’action de l’eau de mer, sont notamment utilisées pour construire des bâtiments construits au bord de l’eau.

De plus, l’utilisation du bois, pour relier les murs ou construire des charpentes, limite encore le poids de l’ensemble.